Comment sortir du deuil en Hypnose ?

Le deuil l est une douleur. Que l’on éprouve à la mort d’un être cher , d’un animal, d’un divorce ,d’une séparation et même d’un objet auquel nous tenions énormément . Ce deuil représente pour nous « une grande perte » ,une grande souffrance . Nous ne sommes pas tous égaux face à un deuil .Cette douleur que nous éprouvons est plus ou moins intense.
Il existe différents types de deuil :

1- LE DEUIL D’UN ETRE CHER

Mari, enfant, frère, sœur, abandon, divorce, séparation. Mais aussi également une fausse couche ,un IVG .

SORTIR DU DEUIL EN HYPNOSE.

Le travail sur le deuil n’est pas le même pour tous !
– Si vous vivez avec une souffrance « supportable ». L’hypnothérapeute va vous proposer immédiatement une séance sur votre douleur. – Si cette souffrance est « intolérable »à ce jour .L’hypnothérapeute vous demandera de patienter 1 ou 2 ans nécessaire pour que « la cicatrisation de l’âme »se fasse. En attendant vous pouvez si vous le souhaitez faire un accompagnement de votre douleur.Pour qu’elle soit plus « acceptable » . il faut comprendre les étapes du deuil . Car il est normal de passer par cette grande souffrance.

VOICI LES ETAPES DU DEUIL :

1)

LA SIDERATION OU LE DENI

:
La personne n’y croit pas, elle est hors de la réalité. Cette étape peut durer de quelques heures à quelques semaines. Si cela dure plus longtemps, l’ hypnothérapeute peut intervenir.
2)

LA FUITE OU LA RECHERCHE DE LA PERSONNE DISPARUE

:
La fuite va se traduire par une hyperactivité, la personne va se consacrer entièrement à son travail ou à un sport, quelque chose qui l’empêche de penser à la personne disparue. La recherche : La personne va imaginer la personne disparue à côté d’elle, lui parler, parler d’elle au présent à son entourage comme si « le disparu » était toujours vivant . Egalement la personne va rechercher des souvenirs, des lieux, des objets… Cette étape peut durer entre 6 mois et 1an . Tout dépend de chacun de nous .
3)

LA DESTRUCTURATION

:
Cette étape intervient entre 6 mois et 2 ans après la perte de l’être cher. Le conscient va enfin comprendre que la personne ne reviendra pas ! Cette étape provoque de nombreux symptômes :Troubles du sommeil, perte d’appétit, de contacts sociaux, des douleurs dans le corps, la réalité est pesante, grande tristesse, solitude, idées suicidaires… C’est un moment très douloureux mais nécessaire ou l’hypnothérapeute pourra vous proposer ce travail sur le deuil , d’accepter ces émotions pour pouvoir les traverser et aller vers » une reconstruction » .
4)

LA RESTRUCTURATION

:
La personne prends conscience qu’il est temps de reconstruire sa vie. Pour passer à autre chose mais en oubliant jamais. Seulement en apprenant à vivre avec ! Accepter de vivre autrement ,laisser rentrer « la lumière » en nous. Pour se libérer d’un poids trop lourd à porter . La personne quel que soit son âge va se sentir plus « forte »et vivre pleinement le moment présent .

Après une fausse couche, les mots qui font du bien

 » je suis désolée pour toi, pour ce que tu es en train de vivre « 

Surtout ne pas minimiser la douleur et la peine !

Pour aider une proche, amie, compagne, fille… après une fausse couche, c’est important de lui montrer qu’on ne minimise pas sa douleur, que sa peine est réelle et qu’elle est en droit de ressentir de la tristesse, de pleurer, de se sentir en deuil. La fausse couche est bien la perte d’un être cher.  Lui dire qu’elle n’est pas seule et qu’on est là à côté d’elle.

 

Celles qui ont vécu une fausse couche peuvent  comprendre et montrer qu’ elles ont   parcouru ce même chemin douloureux qui un jour conduit à l’apaisement.

Une femme qui vient de vivre une fausse couche a particulièrement besoin de marques d’affection et d’être écoutée sans recevoir de conseils.  C’est essentiel .
Ses sentiments comptent, sa tristesse est normale et le désir de son entourage, bien légitime, qu’elle aille mieux, qu’elle tourne la page, peut être blessant et la conforter dans un sentiment de solitude et d’incompréhension.

Si c’est votre femme qui a fait une fausse couche, sachez que ses émotions sont à fleur de peau, elle vit un immense chamboulement hormonal qui fait suite à celui du début de la grossesse et qui accentue par lui-même l’impression de vide et les idées noires.  Son corps est encore dans l’attente d’un bébé. Les préparatifs commencés pour la naissance peuvent renforcer sa tristesse et le sentiment de perte. Elle a besoin de temps pour guérir, et le temps est un allié qui peu à peu apaise le chagrin et permet un jour d’être prête pour une nouvelle grossesse.  Laissez la pleurer, prenez la dans vos bras, ne soyez pas impatient de passer à autre chose.

Après une fausse couche, les mots qui peuvent faire  mal

Pour beaucoup de femmes, vivre une fausse couche c’est faire l’expérience d’un deuil, c’ est être envahie par un sentiment d’échec, de douleur ou de culpabilité.

Et il y a des mots qui peuvent faire mal  :

« tu en auras un autre », « tu es jeune » ,
« il était handicapé », « la nature fait bien les choses »,
« va de l’avant », « c’est le destin »,
« au moins tu n’étais pas enceinte depuis très longtemps »…

MALGRE CETTE GRANDE DOULEUR, CE PROFOND BOULVERSEMENT, NOUS RESSORTONS TOUJOURS GRANDIT ET CET AMOUR POUR L’AUTRE NOUS REND PLUS FORT .

Ces mots dits avec les meilleures intentions du monde, n’aident pas la femme qui a fait une fausse couche…ils laissent entendre que sa perte n’est pas réelle, qu’elle n’a pas perdu un vrai bébé, que ça n’a pas vraiment d’importance, que ce n’est pas grave…
Alors que pour elle il se passe quelque chose de tellement important ! Avec l’arrêt de la grossesse,  en perdant son bébé, elle a perdu avec lui ses espoirs, ses projets, ses rêves, cette promesse de devenir maman, de faire de son compagnon un père…